Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 18:33

       Le lien de l’article de Philippe Corcuff : Pour une guérilla sociale, durable et pacifique http://www.mediapart.fr/club/blog/philippe-corcuff/181010/pour-une-guerilla-sociale-durable-et-pacifique 

·         Le lien : Manipulations policières, une nouveauté ? http://latelevisionpaysanne.fr/video.php?lirevideo=190#190

 

Vous avez dit justice sociale ?

Les députés de la majorité ont discrètement écarté de la réforme leur propre système de retraite. Un système particulièrement avantageux préservé grâce à une entourloupe parlementaire passée inaperçue le 9 septembre, lors des débats à l'Assemblée nationale.

Lors de la deuxième séance des débats de l'Assemblée nationale. Le député Verts François de Rugy a soutenu l'amendement 249 rectifié qui prévoyait que « le Gouvernement présente au Parlement, avant le 31 décembre 2010, un rapport établissant la situation des régimes spécifiques de retraite des membres du Gouvernement et des parlementaires et définissant les conditions d'un alignement rapide et effectif de la situation de leurs régimes spécifiques sur le régime général, visant notamment à un encadrement strict des pensions reversées, tant dans leurs possibilités de cumuls que dans leurs montants. »

La réponse est rapide est émane du rapporteur de la commission des affaires sociales, le député UMP de la Moselle Denis Jacquat : « S'agissant du point qui vient d'être évoqué, je rappelle que, sous la présidence de Bernard Accoyer, une réflexion est menée par le bureau de l'Assemblée nationale. Le sujet qui vient d'être soulevé entre, je le pense, dans les attributions de ce dernier, qui établira des règles. Attendons ses conclusions. Nous sommes, comme je l'ai dit tout à l'heure, pour l'exemplarité. Nous n'avons rien à cacher à ce propos. Je suis, par conséquent, défavorable à cet amendement. »

Rien à cacher mais, … il est urgent d'attendre. Une position partagée par le ministre du Travail et de la Solidarité qui refuse, lui aussi, d'endosser une réforme pourtant si ardemment défendue lorsqu'il s'agit du commun des mortels. Eric Woerth esquive : « Le régime des parlementaires relève, quant à lui, du bureau de l'Assemblée et de ses règles de fonctionnement. Je pense aussi qu'il convient d'évoluer en la matière. J'ai demandé à plusieurs reprises aux parlementaires de s'en saisir et de modifier leur régime de retraite. »

Fin de la discussion, amendement rejeté. Les parlementaires ont gagné quelques mois de répit.

Petit rappel : la retraite parlementaire est particulièrement favorable. Pas de départ à 65 ou 67 ans. Non. Jusqu'à récemment, le parlementaire peut toucher sa retraite à 60 ans. Surtout, le député ou le sénateur a l'immense avantage de pouvoir bénéficier du « taux plein » (plus de 5 000 euros) après seulement 22 ans de (double) cotisation. Mais ce n'est pas tout. L'élu sexagénaire a en effet le droit de toucher sa retraite tout en travaillant à temps plein. On l'a vu récemment avec les ministres les plus âgés du gouvernement Fillon qui cumulaient, jusqu'à ce que le scandale les pousse à y renoncer, leur salaire ministériel et leur retraite de député. Ajoutons, c'est un détail, que ses retraites d'élu local sont exonérées d'impôt et de CSG. Des privilèges que, visiblement, l'exécutif paraît peu pressé de faire disparaître. Et que les parlementaires ne semblent pas trouver injustes. La pénibilité de la charge et la précarité de l'emploi sont, sans rire, mis en avant par bien des élus.

Partager cet article

Repost 0
Published by JEAN EMARE - dans SYNDICALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Yves Dagand
  • Yves Dagand
  • : municipal,politique,nature,chimirec,ecologie,porcieu amblagnieu,porcieu,38390
  • Contact

Recherche

Pages