Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 10:57

    Yann Cochin, une belle vie ...



Yann Cochin, à Florange, lors d’une rencontre du Front des Luttes avec les syndicats, le 14 octobre 2011

Yann nous a quitté-e-s ce dimanche 9 septembre, emporté par la maladie. Avec lui, dans notre petit collectif militant de Convergences et alternative, nous avons suivi et partagé une même évolution dans nos engagements politiques récents. Quatre petites années passées ensemble, une fraction d’une vie bien plus riche et plus pleine, qui ne se résume pas au seul engagement politique. Ses proches, ses ami-e-s, ses camarades de tant de combats, sur tant de fronts, témoigneront de cette vie pleine d’amitiés, de rires, d’amours, et de plus de quarante ans de luttes politiques et syndicales. Elles et ils diront mieux que tout les multiples facettes de ses engagements où il se donnait tout entier.
Pour nous, c’était d’abord un militant de la cause des salarié-e-s, intransigeant dans la lutte contre l’exploitation, la précarité, la souffrance au travail. Il disait avoir trouvé dans le syndicalisme la meilleure école de solidarité, de savoir et de vie. Ces derniers temps, quand la maladie lui donnait un peu plus de temps, il n’aimait rien de mieux que de se ressourcer en allant aider à créer un collectif syndical dans un site de son entreprise EDF et d’un de ses sous-traitants, ou aller défendre au tribunal un-e militant-e harcelé-e par les patrons. Beaucoup découvrirent l’absolu dont il était capable dans ses engagements quand il mena une grève de la faim en 2009 aux cotés d’un copain syndicaliste licencié par la direction d’EDF. Avec cet acte, il forçait le respect et lançait un défi aux conservatismes des pratiques convenues : ne pas se mettre en avant, mais se mettre avec ; concevoir l’engagement dans l’exemplarité de l’action, et oser mettre en actes la solidarité jusqu’à payer de sa personne. Il incarnait un syndicalisme combatif, sans compromissions, chevillé à une forte conviction écologique, un mélange détonnant au sein de l’une des entreprises piliers de l’industrie des énergies et du nucléaire.

Il était convaincu que ces combats devaient trouver une issue sur le terrain politique. Il avait fréquenté les rangs de la LCR des années 70, en y mettant comme toujours toute son énergie, avant de préférer l’action dans le mouvement social, tant les divisions et les sectarismes sur le terrain politique faisaient douter de la possibilité qu’une force politique soit à la hauteur d’un vrai projet d’émancipation. Il franchit à nouveau le pas de l’engagement dans une force politique en 2008, voyant dans le lancement du NPA l’espoir d’un changement, d’un rassemblement, d’un dépassement des expériences politiques passées. C’est là que nous l’avons rencontré pour certains et certaines, retrouvés pour d’autres. Il fut parmi les premier-e-s à alerter sur le renfermement du projet, et quand cet espoir mis dans le NPA se fut évanoui, il s’engagea, et nous avec lui, vers le rassemblement avec le Front de gauche.
Il rappelait récemment : « Ce que j’appelle de mes vœux et que je tente de construire depuis des années ... c’est le rassemblement de toutes celles et tous ceux qui souhaitent construire une société plus juste qui place l’Humain au centre, le rassemblementde celles et ceux qui ne croient pas que la dictature du marché est inéluctable, que la concurrence entre tou-te-s est le seul horizon possible. En tant que responsable syndical, je constate tous les jours les méfaits de ces politiques qu’on nous dit indépassables ... Le progrès social passera par un combat syndical, mais aussi par des batailles politiques et l’existence d’une alternative forte, ouverte et démocratique ». C’est bien la fidélité à cette conviction que le combat syndical et le combat politique devaient se nourrir mutuellement, et que l’union et le pluralisme sont essentiels dans la mise en route d’un projet politique de transformation sociale, qui l’a amené à se tourner vers le Front de gauche pour concrétiser cette possibilité. Il nous quitte à un moment où le rassemblement politique qu’il appelait de ses vœux, et de ses actes, semble prendre forme durablement. Le meilleur hommage à lui rendre sera de ne pas décevoir cet espoir.
Il fut d’abord parmi les initiateur-trice-s du « Front des Luttes », qui dans le Front de gauche, rassemblait des militant-e-s et responsables syndicaux issu-e-s de différents horizons syndicaux et politiques. Les premières expériences ont été positives, les rassemblements avec les syndicalistes en lutte ont répondu à une attente. La maladie a ensuite empêché Yann de participer pleinement à ce Front des luttes. Mais le chemin est tracé, le mouvement est enclenché, pour peu qu’on se souvienne que l’unité dans la diversité est la clé tant de l’action syndicale que d’un rassemblement politique à la hauteur du mouvement social.
Dans une de ces premières réunions à l’initiative du Front des Luttes, à Florange, il y a un an, avec des syndicalistes de la sidérurgie et de différents secteurs, quand on discutait emploi, licenciement, service public, Yann trouva des mots au-delà des discours convenus : sortant d’une première hospitalisation difficile, il rendit hommage à l’abnégation et à la chaleur qu’il avait rencontrées de la part des personnels de santé, l’émotion des présent-e-s était difficile à contenir. C’était cette manière qu’il avait de chercher toujours cette unité de vie entre engagement politique et recherche d’une fraternité humaine.
Nous avons eu cette chance de partager ces dernières années avec lui, trop courtes, injustement écourtées. Son départ nous a d’abord désespéré-e-s, fait frissonner, rempli-e-s d’un vide. Mais ce qui l’emportera ce sera sa chaleur communicative, et ce qu’il nous a donné nous remplira encore longtemps. Il était si gentil, si serein, que c’est lui qui essayait, ces derniers temps, de nous faire comprendre petit à petit que la fin approchait, et nous, on ne voulait pas l’entendre. Il allait jusqu’à nous consoler à l’avance, en glissant dans les conversations que le plus dur, ce n’était pas pour celui qui part mais pour celles et ceux qui restent. Alors OK, Yann, on va essayer de faire avec, on continue, mais toujours avec toi.
Les ami-e-s du collectif d’animation de Convergences et alternative
 
 
Vue sur le site http://www.convergencesetalternative.org/2012/09/yann-cochin-une-belle-vie.html

 

Partager cet article

Repost 0
Published by JEAN EMARE - dans SYNDICALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Yves Dagand
  • Yves Dagand
  • : municipal,politique,nature,chimirec,ecologie,porcieu amblagnieu,porcieu,38390
  • Contact

Recherche

Pages